Evolution des troubles obsessionnels compulsifs

A.  Evolution sans traitement :

- Les tableaux cliniques des TOC sont très polymorphes, cela peut aller du sujet apparemment

normale pour ses proches au sujet pratiquement invalide tant il est paralysé par ses obsessions et ses rituels.

Au point de vue de l’évolution au long cours, le TOC se présente certes comme une maladie chronique qui subit souvent au long des années des variations et des changements assez importants ne serait ce que dans les thèmes obsédants, l’intensité de l’angoisse, l’occurrence des phases dépressives, le degrés d’entrave de la vie quotidienne, les possibilités d’adaptation ou de stabilisation.

- Les facteurs de précipitation peuvent révéler des formes à début rapide « contamination par

exp », ces facteurs concernent : la mort ou la maladie d’un proche ; conflits socioprofessionnels ou familiaux ; des ruptures ou changement…

- Selon Rasmussen et Eisen :

L’âge de début « 20.9 ans +/- 9 » / un evnt précipitant « 29%  » /

l’évolution continue « 85% » / détérioration « 10%» / évolution épisodique « 2% ».

-   Les complications : dépression majeure « 67% » / phobie sociale « 18% » / troubles des conduites alimentaire « 17% » / alcoolisme « 14% » / trouble panique « 12% » /Gille de la Tourette « 7% » / phobie simple « 2% » / anxiété de séparation « 2% ».

B.  Evolution sous traitement :

60 à 80 % des malades s’améliorent ou obtiennent d’excellents rémissions, l’amélioration est d’autant plus facile à obtenir que :

-   L’alliance thérapeutique est bonne.

-   Le recours au traitement est précoce.

-   Lors des décompensations, le facteur déclenchant est retrouvé.

-   Bonnes relations socio-professionnelles.

 

Les commentaires sont fermés.