Historique psychopathie

La première mention des personnalités pathologiques se trouve chez Pinel en 1809 qui a décrit « la manie sans délire ».

Pritchard en décrivant en 1835 la folie morale « moral insanity »= comportements antisociaux et liés à un déficit congénital du ‘sens moral’.

Lombroso et la théorie du criminel né « chromosome du crime XYY »

Morel en 1857 ; et la notion d’essence religieuse de dégénérescence.

Ultérieurement la théorie de Morel sera systématisée chez Magnan ; ce dernier a décrit plusieurs types de dégénérés déséquilibrés :

Les déséquilibrés de l’intelligence

Les déséquilibrés de la sensibilité : les agressifs et les fous moraux

Les déséquilibrés de la volonté avec impulsivité

Dupré en 1918 résuma dans sa doctrine des constitutions morbides sur « les déséquilibrés constitutionnels du système nerveux »

Esquirol en 1937 décrit le « monomanies » = c’est  une certaine pathologie de la volonté et des sentiments contrastant avec une intelligence normale qui permettait d’expliquer de telles conduites délinquantielles impulsives.

Les psychiatres de langue allemande « E. Kreapelin puis Kretschmer » contemporains de Morel et Magnan professent les mêmes concepts.

Siefert crée en 1902 le terme de psychopathe

L’hétérogénéité des origines du concept de déséquilibre ou de personnalité anti – sociale permet de comprendre l’imprécision de ses limites nosographiques.

Le DSM I a individualisé la sociopathie en 1952

Dans la CIM 9 a été retenu « trouble de la personnalité avec prédominance de manifestations sociopathiques ou asociales ».

Le DSM III   établit une nette distinction  entre la personnalité anti – sociale d’une part, et la personnalité schizoïde où domine l’asociabilité  et des personnalités borderline, où domine l’instabilité.

Actuellement réuni sous le terme de personnalité antisociale  dans DSM IV, et personnalité dyssociale dans la CIM 10.

Psychopathie, personnalité dyssociale ou antisociale

Historique psychopathie

Epidémiologie psychopathie

Clinique psychopathie, personnalité antisociale

Criteres DSM IV 4 et CIM-10 Psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Criteres DSM IV 4 et CIM-10 Psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Evolution / Complications psychopathie

Diagnostic différentiel psychopathie, personnalité antisociale

Formes cliniques psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Aspect médico – légal psychopathie, personnalité antisociale

Psychopathologie psychopathie, personnalité antisociale

Etiopathogénie psychopathie, personnalité antisociale

Prise en charge psychopathie, personnalité antisociale

 

Les commentaires sont fermés.