Diagnostic différentiel psychopathie, personnalité antisociale

1. La normalité :

l’hétéro – agressivité est nécessaire à la survie. L’éducation enseigne à  en contrôler les manifestations.

Un échappée souvent regrettée est possible surtout sous l’influence de l’alcool.

2. Personnalité hystérique :

Une tendance à être impulsif, superficiel, à chercher l’excitation, à être téméraire, séducteur et manipulateur. Toutefois ces sujets ont tendance à exagérer leurs émotions, et typiquement ne s’engagent pas dans des comportements anti – sociaux. La manipulation d’autrui existe dans le but d’être pris en charge, alors que chez le psychopathe, le but est d’obtenir un profit, du pouvoir ou un autre avantage matériel.

3 .Personnalité limite :

les psychopathes tendent à être mois instables émotionnellement et plus agressifs que ceux qui ont une personnalité limite.

4. Personnalité narcissique :

Le  sujet tend à être entêté, séducteur, superficiel, à exploiter autrui et à manquer d’empathie. toutefois il n’ya pas de tendance impulsive, agressive et à tromper . pas d’antécédents  de troubles de conduite dans l’enfance ou de conduite criminelle à l’âge adulte.

5. Personnalité paranoïaque :

Des comportements anti – sociaux peuvent êtres observés, mais ils sont habituellement d’avantages motivés par un désir de vengeance que par celui d’un gain personnel ou d’exploiter les autres.

6. Personnalité schizoïde :

Caractérisée principalement par une associabilité « retrait lié à une absence de désir d’établir des relations sociales »

7. Les troubles du comportement délinquant ou pervers :

Les troubles du comportement surviennent en réaction à des conflits personnels ou familiaux, ce problème se pose particulièrement chez les adolescents.

On doit aussi retenir que, si la plupart des comportements délinquants observés par les psychiatres sont bien le fait  de sujets déséquilibrés, la plupart des délinquants ne présentent pas, pour autant, les autres caractéristiques comportementales du déséquilibré mental. l’hétéro – agressivité morale et physique du pervers.

8. Schizophrénie / Episode maniaque :

Un comportement anti – social qui survient exclusivement au cours de l’évolution d’une schizophrénie ou d’un épisode maniaque ne justifie pas un diagnostic de psychopathie.

9. Comitialité :

Celle – ci peut comporter des états de mal contrôlés et mal mémorisés, des états crépusculaires. L’association Comitialité – psychopathie est possible

10. Anomie et différences culturelles :

La psychopathie peut aboutir à l’anomie personnelle et sociale. Les comportements culturels différents, chez les migrants en particulier, ne sont naturellement pas synonymes de déséquilibres

Psychopathie, personnalité dyssociale ou antisociale

Historique psychopathie

Epidémiologie psychopathie

Clinique psychopathie, personnalité antisociale

Criteres DSM IV 4 et CIM-10 Psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Criteres DSM IV 4 et CIM-10 Psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Evolution / Complications psychopathie

Diagnostic différentiel psychopathie, personnalité antisociale

Formes cliniques psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Aspect médico – légal psychopathie, personnalité antisociale

Psychopathologie psychopathie, personnalité antisociale

Etiopathogénie psychopathie, personnalité antisociale

Prise en charge psychopathie, personnalité antisociale

 

Les commentaires sont fermés.