Effets clinique du cannabis

Des effets du cannabis sont essentiellement ceux de l’ivresse cannabique ; cependant l’ivresse cannabique est modulée par deux éléments :

Les unes intrinsèques :

-  Personnalité du sujet.

-  Le niveau culturel.

-  Possibilité du contrôle de l’expérience.

-  De même que la concentration du produit actif :

Si quantité inhalée < 03 mg : pas d’effet d’effets subjectifs.

Si quantité inhalée (03 mg – 20 mg) : effets plus ou moins importants, en général euphorisants.

Si quantité inhalée > 20 mg : apparition de pseudo-hallucinations.

-Les autres extrinsèques :

Liés à l’environnement dans lequel est faite l’expérience, interviennent largement dans la réussite du voyage ; ainsi on distingue :

-          Le groupe à haut risque  / Groupes à faible risque. 

Les dérivés du cannabis provoquent :

Exaltation de l’humeur avec sentiment d’expansion, de détachement et d’élation

Exaltation intellectuelle avec hyperesthésie auditive, visuelle et tactile et anesthésique « enchaînement d’un monde sensoriel à l’autre »

Les troubles sensoriels sont parfois prédominants ainsi que de véritables hallucinations, il s’agit de distorsion perceptive, d’illusion et une perturbation plus ou moins marquée des repères temporels et spatiaux

- Des phénomènes délirants sont rares

-On a signalé notamment lors de la première cigarette des céphalées et des lipothymies

La conjonctivite oculaire, la pharyngite et la tachycardie sont des symptômes constants.

Une sécheresse de la bouche, des céphalées, des troubles digestifs, boulimie, toux, soif, des vertiges.

A.Ivresse cannabique :

Moreau de Tours décrit cette ivresse en quatre phases successivement entrecoupées de périodes calmes :

Une première phase :

Bien être euphorique survenant 01 à 02 heures après l’ingestion, pendant laquelle le sujet communique de façon expansive.

Une deuxième phase :

 Caractérisée par une hyperesthésie sensorielle responsable :

-  Illusions voire hallucinations.

-  Sujet débordé de tendresse euphorique ou être victime d’un raptus anxieux.

-  La notion de temps et de l’espace est perturbée et les phénomènes sensorielles engendrent un monde extra-ordinaire.

Une troisième phase :

Du repos extatique, apragmatisme impuissant et bienheureux.

-Une dernière phase :

Permet le sommeil, au réveil le sujet n’éprouve plus de phénomènes particuliers.

Û Cette ivresse cannabique est parfois chez les impulsifs traversée par :

-  Des raptus anxieux.

-  Fugues

-  Réactions tragiques ou meurtrières.

B.Autres effets :

Diminution des performances P- M et entrave l’efficience de la mémoire et de l’attention.

Peut provoquer des diarrhées et des douleurs abdominales lorsque le cannabis est souillé de Salmonelles.

-  Diminution de la fonction sexuelle : chez l’homme une diminution de la spermatogenèse / chez la femme une perturbation de l’ovulation.

Il est de plus en plus incriminé des accidents de la voie publique

L’association du cannabis à ‘l’Extasy’ ou à d’autres drogues n’est pas rare.

I. Généralités / Définition

II. Historique

III. Implication médico-légale

IV. Epidémiologie

V. Caractéristiques du cannabis

VI. Pharmaco-cinétique du cannabis

VII. Effets du cannabis

VIII. Complications

IX. Tolérance et dépendance

X. Critères diagnostique DSM IV TR

XI. Comment devient-on toxicomanes

XII. Psychopathologie

XIII. Prise en charge

 

Les commentaires sont fermés.