Complications du cannabis

A.Intoxication aiguë :

Crise d’angoisse.

Etat oniroïde.

Episodes psychotiques francs :

-  Type délirant « BD »

-  Type dysthymique : dépression / excitation.

Les psychoses cannabiques sont souvent remarquables par l’importance de l’agitation et de l’agressivité.

B.Intoxication chronique :

1.Syndrome amotivationnel :

Décrit par Mac Glothin et West en 1868 lors de l’usage pluri-quotidien du cannabis ; caractérisé par :

Un état d’indifférence.

Déficit de l’activité sociale « professionnelle, scolaire… ».

Perte du sens de l’initiative, le sujet devient passif, refuse l’effort, asthénique et apragmatique.

Déficit du fonctionnement intellectuel :

- Fatigabilité.

- Troubles mnésiques.

- Troubles de concentration.

- Pauvreté de l’idée.

Déficit de l’humeur et de l’affectivité.

-  Indifférence affective aux proches.

-  Emoussement émotionnel.

- Intolérance marquée aux frustrations.

2.Réaction psychotique chronique :

Décrite chez les utilisateurs chroniques à très forte doses.

3.Psychoses cannabiques :

Ont été décrites dans certains pays à grande consommation « Afrique du nord, Egypte » souvent remarquables par l’importance de l’agitation anxieuse et de l’agressivité.

Evolution : elle se fait vers la rémission au bout de quelques semaines.

4.Syndrome dépressif : « près de 40% des toxicomanes »

Un tableau authentique de dépression peut fréquemment émailler l’évolution de la toxicomanie.

Le tableau est souvent masqué par l’effet des drogues.

Les états dépressifs motivent fréquemment une demande de prise en charge.

Il est parfois difficile de différencier les états dépressifs d’un syndrome déficitaire des toxicomanes.

5.Troubles anxieux et du sommeil :

 Constants au cours de toutes les toxicomanies, plus particulièrement dans les périodes de sevrage, même plusieurs mois après. Les patient se traitent alors eux même par des médicament « BZD, barbituriques, hypnotiques… ».

6.Démences :

Les démences d’origine toxique sont rares. Elles seraient plus fréquentes lors de la prise de solvants, barbituriques, alcool ou autres toxiques, souvent associés au cannabis.

7.Alcoolisme :

Est une complication évolutives fréquente du cannabisme, car pris au début pour potentialiser l’effet du cannabis.

8.Conduites suicidaires :

Peuvent se voir lors d’un raptus secondaire à un sentiment de dépersonnalisation ou bien lors d’un accès dépressif.

I. Généralités / Définition

II. Historique

III. Implication médico-légale

IV. Epidémiologie

V. Caractéristiques du cannabis

VI. Pharmaco-cinétique du cannabis

VII. Effets du cannabis

VIII. Complications

IX. Tolérance et dépendance

X. Critères diagnostique DSM IV TR

XI. Comment devient-on toxicomanes

XII. Psychopathologie

XIII. Prise en charge

 

Les commentaires sont fermés.