Indications thérapeutiques de l’hypnose

A/- Appétence toxique massive et nocive :

Tabagisme, alcoolisme, boulimie, toxicomanies.

La désintoxication s’opère par déconditionnement sous hypnose.

Dans le traitement des alcooliques, les techniques employées sont : l’aversion conditionnée sous hypnose / le renforcement du Moi du patient par suggestions directes en état hypnotique / l’hypnose sèche.

Pour l’obésité ; deux techniques : celle de Fleischer avec projection dans l’avenir des bénéfices que l’obèse pourrait tirer de son amaigrissement / celle de Zlocker, dite de focalisation avec induction d’une sensation de chaleur sur la thyroïde.

Pour les toxicomanes , ils sont particulièrement hypnotisables , mais les rechutes sont fréquentes.

B/- Douleurs :

Soit comme anesthésique lors d’interventions cardiaques mineurs, chirurgie dentaire,  bain des grands brûlés permettant un nettoyage des plaies et le renouvellement de pansement, douleurs chroniques rhumatismales.

Douleurs obstétricales. Syndrome subjectif des traumatismes crâniens.

Leur combinaison avec une technique d’auto-hypnose permet souvent de soulager des patients réfractaires à d’autres traitements pharmacologiques ou physiothérapiques.

C/- Affections psychosomatiques :

Asthme, , psoriasis, , HTA

Ulcère gasto-duodénal : normalisation de la sécrétion gastrique sous hypnose.

RCUH, colite spasmodique, la constipation dans les suites d’intervention chirurgicale.

Dysfonctionnement sexuel « troubles de l’éjaculation, frigidité, impuissance.

Chez l’enfant « tics, énurésie, bégaiement ».

D/- Pathologie mentale :

  • Problèmes de personnalité :

Certaines pauvretés de l’expression verbale, défenses névrotiques inabordables avec somatisations importantes décrites sur un mode stéréotypé. L’hypnose aurait ainsi l’avantage de modifier la relation psychothérapique car elle se situe à un stade « prélangagier », préverbal, archaïque.

La personnalité passive dépendante est également décrite comme l’un des critères permettant de porter une bonne indication hypnothérapie.

  • La névrose hystérique :

Est l’indication de choix, l’hypnose agit sur les symptômes de conversion

somatique  « moteur, sensitif et sensoriel » et sur les symptômes psychiques « amnésie, fugue, inhibition intellectuelle ».

l’hypnothérapie  est essentiellement à visée symptomatique. Elle ne saurait prétendre modifier profondément la structure de la personnalité hystérique quoique la suppression du symptôme permette souvent un autre abord psychothérapique de la névrose.

Les hystériques ne sont pas plus hypnotisables que les gens dits « normaux ».

  • La névrose phobique :  dont le but est la sédation de l’angoisse au moment des crises par le déconditionnement de la  phobie.
  • Névrose d’angoisse : visant le symptôme physique, elle peut constituer le premier tempsd’une méthode de relaxation type Schultz.
  • La névrose obsessionnelle Rare , car il y’a une difficulté d’induction hypnotique.
  • Dépression réactionnelle ou névrotique: L’hypnose fait disparaître les symptômes en rapport avec l’anxiété.
  • Hypocondrie névrotique :Très efficace, grâce à des suggestions globales qui induisent un nouvel investissement corporel moins pénible.

 

 

Hypnose

Historique de l’hypnose

Bases théoriques de l’hypnose

Apprendre techniques de l’hypnose

Techniques d’application de l’hypnose

Phénomènes spécifiques de l’hypnose

Indications thérapeutiques de l’hypnose

Contre indications et séquelles de l’hypnose