Psychopathologie de l’anorexie mentale

 

La survenue de l’anorexie mentale à l’adolescence peut traduire certains états psychopathologiques qui ne sont ni spécifiques, ni constants, mais dont l’association se trouve d’une façon caractéristique de l’anorexie mentale.

A- PSYCHOPATHOLOGIE INDIVIDUELLE :

1/ le conflit pulsionnel :

Les 1ers psychanalystes avaient mis l’accent sur le déplacement de la problématique sexuelle génitale sur l’oralité et l’analité.  Evitement de la sexualité génitale, érotisation des conduites alimentaires, un double mouvement affecte la sexualité génitale :

*déplacement sur l’oralité qui est conflictualisée et fait l’objet de dégout, d’inhibition et de refoulement.

*réactivation d’un érotisme qui existe au stade antérieur de la libido anale et orale (rites alimentaires, pensées obsédantes, conduites de vérification, surinvestissement de la maitrise, relations d’emprise et manipulatoires sur les objets).

H.Bruch 1973, le trouble fondamental est un trouble de l’image du corps, la perception délirante de l’image de soi serait toujours associée à un déficit de la perception introceptive dans l’anorexie ; dans ce sens, Selvini 1974, fera de l’anorexie une forme monosymptomatique de psychose ‘paranoia interpersonnelle’.

2/pathologie de la personnalité :

*chez les anorexiques,les troubles de la personnalité les plus souvent rencontrés sont le personnalités évitantes, dépendantes, obsessionnelles et passives- agressives ; une tendance à l’évitement des conflits, l’inhibition, le conformisme et le perfectionnisme dominant, ainsi qu’une atteinte à l’estime de soi durant l’enfance (qui corroborent la théorie cognitive de l’anorexie mentale).

*Existence d’un profond sentiment de désespoir et d’abandon :

-le conflit essentiel se situe au niveau du corps,et non au niveau des fonctions alimentaires sexuellement investies,l’anorexie mentale exprime une incapacité à assumer le rôle génital et les transformations corporelles propres à la puberté.

-troubles de l’image du corps liés à un défaut de reconnaissance des sensations et des besoins du corps,ce défaut est secondaire à des troubles des 1er apprentissages au cours desquels la mère impose ses propres sensations, ses propres besoins à l’enfant au lieu de l’aider à percevoir et à reconnaître les siens propres. L’identité de l’enfant est fragilisée et il reste profondément dépendant de son entourage.

-la lutte pour l’autonomie et la reconquête d’un moi déficient, exercé par le contrôle du corps,est le trait essentiel de l’anorexie mentale.

Sensation de faim : sensation d’existentes qui constitue une réassurance narcissique et rétablit un sentiment de continuité de soi en permanence menacé.

-la problématique de l’identité est au cœur de l’anorexie mentale.

-importance du conflit dépendance- autonomie.

-l’anorexique se détruit pour s’assurer de son existence (ce n’est pas une conduite suicidaire).

-se développe chez l’anorexique une sensation mégalomaniaque liée à la maîtrise de ses besoins, aux sentiments d’auto- suffisance et à la satisfaction d’auto- engendrer une image idéale de soi. Au travers de la maîtrise du besoin c’est le corps qui est visé : corps machine, corps fétiche, écran qui protège l’anorexique des affects envahissants et incontrolables qu’il est succeptible de provoquer.

-le regard occupe une place importante chez l’anorexique : elle se nourrit de l’effet provoqué chez les autres par son corps exhibé,parfois au contraire, elle se dérobe au regard d’autrui.

B- PSYCHOPATHOLOGIE FAMILIALE :

1. les mères : elles sont décrites d’une façon qui peut apparaître contradictoire :

*personnage fort, rigide, dominant et même tyranique, peu chaleureux qui évite l’expression des sentiments positifs et les manifestations réactionnelles.

*fréquence des manifestations dépressives.

BRUCH rattache l’origine de l’anorexie mentale à la relation de l’enfant à la mère particulièrement à l’occasion du nourrissage : la mère répond inadéquatement aux besoins de l’enfant ; la mère répond régulièrement par l’alimentation aux demandes affectives de l’enfant ce qui entraine dans l’esprit de celui-ci une confusion entre la nourriture et l’affection. Il y a un apprentissage erroné ce qui a comme effet que le nourrisson et plus tard l’enfant et l’adolescent ne peut reconnaître et évaluer correctement ses besoins dans le domaine de l’alimentation et d’autres domaines.

Rq : Absence d’anorexie mentale parmi les populations noires,qu’elles soient africaines ou américaines,rôle des conduites de nourrissage, de la qualité des échanges corporels et des investissements de l’enfant.

WINNICOTT : la différence entre les blancs et les noirs des USA n’est peut être pas tant une question de couleur de peau que l’allaitement au sein.

 2. le père :

Généralement décrit comme ayant un caractère effacé, soumis à la domination de sa femme, incapable de faire preuve d’autorité, parfois au contraire trop proche de sa fille.

C- LA FAMILLE :

Elle cherche à apparaître parfaite dans une caricature de normalité alors qu’elle montre des signes de retrait et d’isolement.

Le repas, toujours organisateur de la vie familiale,il s’y joue l’essentiel des échanges avec souvent la recherche active de complicité et d’alliance de chacun des parents avec un des enfants (relation duelle).

La reviviscence du conflit oedépien dans cette agrégation familiale où les identités sont mal définies, prend ici une place centrale. En effet, on retrouve souvent un effacement des barrières entre les générations,le couple parental se désagrège au profit de couples excluant le 3ème partenaire couple mère- fille/ père- fille.

Ces filles sont aussi caractérisées par l’enchevêtrement entre les membres d’une même famille, la surprotection, la rigidité et l’intolérance aux conflits, la confrontation à une situation les effraye, toute forme d’agressivité directe est évitée.

v  Les perspectives psychanalytiques actuelles vont du conflit intrapsychique à une pathologie de la conduite agie,Jeammet et son école, rapprochent l’anorexie des conduites de dépendance,l’anorexie correspondrait à un aménagement pervers d’une vulnérabilité liée au maintien d’une dépendance excessive aux objets externes, c’est la lutte contre l’angoisse d’abandon qui conduit à l’anorexie.

Anorexie mentale – introduction, généralités
Définition de l’anorexie mentale
Historique de l’anorexie mentale
Epidémiologie de l’anorexie mentale
Clinique de l’anorexie mentale
Diagnostic positif critère dsm 4 anorexie mentale
Formes cliniques de l’anorexie mentale
Diagnostic différentiel de l’anorexie mentale
Etiopathogénie de l’anorexie mentale
Psychopathologie de l’anorexie mentale
Évolution et pronostic de l’anorexie mentale
Traitement et prise en charge de l’anorexie mentale