Clinique psychopathie, personnalité antisociale

Nous envisagerons successivement biographie des déséquilibrés puis la systématisation de leurs traits de personnalité.

A.  Biographie :

L’élément le plus caractéristique du déséquilibre mental est en effet la biographie du sujet ; celle ci est émaillée de faits pathologiques, souvent très précoces, à travers lesquels s’expriment l’impulsivité , l’instabilité et l’inadaptabilité.

  • L’enfance et l’adolescence perturbés

Colères fréquentes, opposition précoce aux parents, agressivité envers les autres enfants ». Ces perturbations ne s’améliorent pas avec la scolarité, généralement difficile et médiocre, malgré un niveau intellectuel normal ; école buissonnière, instabilité permanente, renvois de l’école pour inconduite. Les changement d’école et d’orientation éventuelle vers des institutions spécialisées ne font guère progresser l’adaptation au groupe ni la stabilité du sujet.

Petits vols, mensonges fréquents, vandalisme, cruauté physique envers des animaux et des personnes « incitation à la bagarre, coups et blessures voir homicide », utilisation d’armes susceptibles de blesser les gens « un couteau, une bouteille cassée, une brique et parfois une arme à feu, délinquance « délits , vols de sacs à main ».

Problèmes avec la justice « plusieurs arrestations pour cause d’inconduite ». rapports sexuels précoces, agressifs et fréquents au cours des relations épisodiques, avec agressivité ivresses répétées, abus et trafic de drogue.

  • Méconnaissance et non respect des normes et des contraintes sociales.

Violation des droits des autres, incapacité au respect des normes sociales, transgression de la loi, fréquence des conduites anti – sociales « vols répétés, ivresse et abus de drogues répétés, vandalisme , bagarre, prostitution… ». Arrestations et condamnations multiples.

A  un degrés de moindre importance on constate des conduites à risque « conduite automobile en état d’ivresse ou excès de vitesse, conduites sexuelles à haut risque’ partenaires multiples, rapports sexuels non protégés », sports dangereux…etc.

  • Instabilité empêche toute formation professionnelle, avec incapacité d’exercer une profession régulière « changement fréquent d’emploi, chômage prolongé, absentéisme, abandon de plusieurs emplois sans avoir un nouvel emploi en vue ».
  • Un vie affective et sentimental instables, une suite d’aventure sans liens affectifs durables.
  • Impossibilité de vie en communauté : service militaire marqué par des conduites d’opposition avec refus de toute discipline.
  • Incapacité à respecter des engagements financiers, avec accumulation de dettes.
  • Son adaptation sociale reste médiocre, incapacité à suivre un projet de vie, instabilité pour planifier ouprévoir l’avenir, absence d’adresse fixe.
  • fréquence de vagabondage et clochardisation, une délinquance caractérisée « vols, agressions, prostitution,automédication, toxicomanie ».
  • tentatives de suicide fréquentes répondant à des motivations complexes « appel, provocation, impulsivité, agitation clastique… » sans réel désir de mort « absence de contexte dépressif ».
  • Complications somatiques fréquentes : toxicomanie, alcoolisme, infection HIV, des conséquences de passage à l’acte agressif « fractures… ».
    • Cependant, une certaine évolutivité caractérise parfois ces conduites et il n’est pas exceptionnel d’observer, avec l’âge, une atténuation progressive, mais toujours récidivante. Ainsi , particulièrement après l’âge de 30 ans, les troubles sexuels, l’agressivité, le vagabondage et la criminalité diminuent habituellement de fréquence. Mais parallèlement à la sédation des passages à l’acte, on observe assez souvent des manifestations anxieuses psychiques ou somatiques avec fixation hypocondriaque.

B. Personnalité du déséquilibré :

  • Contact facile :

En contraste avec son agressivité impulsive et son instabilité, le psychopathe a le contact

facile et sait se présenter. Sa capacité de séduction est grande.

Ce goût du contact éphémère a été qualifié de toxicomanie d’objet. mais le psychopathe ne séduit pas gratuitement, il a toujours quelques avantages à trouver.

  • Instabilité :

C’est un symptôme fondamental. Elle est sociale, professionnelle, sentimentale.

Le psychopathe dans un perpétuel changement, il ne peut se fixer durablement dans un cadre déterminé.

L’improvisation est la règle avec une extraordinaire inconséquence. Mais il ne s’agit pas d’un mode délibéré d’un mode de vie. Le psychopathe est toujours entrain de faire le projet de l’insertion sociale. Ce projet reste non réalisé, faute d’y mettre les moyens.

Le psychopathe est guidé par le plaisir urgent d’éprouver le plaisir.

  • Agressivité / impulsivité :

L’intolérance à la frustration et à la contrainte contre déclenche l’agressivité. cette dernière est essentiellement physique « il frappe facilement ». elle peut se retourner contre soi « suicide », le psychopathe médiatise l’angoisse, qu’il ne peut supporter à travers les manifestations caractérielles « colère, opposition, agitation clastique… ». passage à l’acte immédiat hétéro ou auto – agressif, bagarres et agressions répétées et non justifiés par la légitime défense »plaisir de faire le mal ».

  • Manque d’empathie avec indifférence affective et froideur des affects :

Mépris des sentiments des autres, égocentrisme et opinion orgueilleuse de soi, insouciance d’autrui, négligence d’un enfant à charge, immaturité affective. Le sujet établit facilement des relations, il est incapable de maintenir des relations durables. Le psychopathe use l’autre, la remords,  la culpabilité et la honte ne sont pas exprimés ni ressentis de façon consciente.

  • Dysphorie :

Sentiment de vide, d’ennui, de rejet et d’insatisfaction, oscillant avec optimisme et une exaltation de l’humeur « labilité thymique ». Ces fluctuations de l’état thymique sont souvent accompagnées d’angoisse massive, d’agitation psychomotrice avec risque de passage à l’acte hétéro et // ou auto – agressif.

  • Sexualité perturbée :

La sexualité est marquée par l’excès et les conduites perverses « sadisme, masochisme, homosexualité, sexualité de groupe… ».

  • Traits de caractère d’apparence hystérique :

Histrionisme, narcissisme et surtout mythomanie « type de l’escro – séducteur – persuasif »

  • Facultés intellectuelles normales et imaginaires pauvre :

Il est possible que les psychopathes aient une intelligence plus pratique qu’abstraite, la vie imaginaire est pauvre, la fantasmatisation n’est pas élaborée, il ya peu d’invention.

  • Décompensation aiguë :

La dépression est fréquente et facile, elle peut conduire au suicide, cette décompensation survient sur un fond de dépression latente et de morosité dont on a souvent dit qu’il était le noyau central de la personnalité psychopathique. Le psychopathe peut présenter aussi des périodes hypomaniaques et des bouffées délirantes.

Psychopathie, personnalité dyssociale ou antisociale

Historique psychopathie

Epidémiologie psychopathie

Clinique psychopathie, personnalité antisociale

Criteres DSM IV 4 et CIM-10 Psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Criteres DSM IV 4 et CIM-10 Psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Evolution / Complications psychopathie

Diagnostic différentiel psychopathie, personnalité antisociale

Formes cliniques psychopathie, personnalité antisociale, dyssociale

Aspect médico – légal psychopathie, personnalité antisociale

Psychopathologie psychopathie, personnalité antisociale

Etiopathogénie psychopathie, personnalité antisociale

Prise en charge psychopathie, personnalité antisociale