Critères diagnostiques DSM IV 4 TR Troubles obssessionnels compulsifs

A /. Existence soit d’obsessions soit des compulsions :

- Obsession définie par 1, 2, 3, et 4 :

1.  Pensées, impulsions ou représentations récurrentes et persistantes qui, à un certain moment de l’affection, sont ressenties comme intrusives et inappropriées et qui entraînent une anxiété ou une détresse importante.

2.  Les pensées, impulsions ou représentations ne sont pas simplement des préoccupations excessives concernant les problèmes de la vie réelle.

3.  Le sujet fait des efforts pour ignorer ou réprimer ces pensées, impulsions ou représentations ou pour neutraliser celles-ci par d’autres pensées ou actions.

4.  Le sujet reconnaît que les pensées, impulsions ou représentations obsédantes proviennent de sa propre activité mentale « elles ne sont pas imposées de l’extérieur comme dans le ces de pensées imposées ».

- Compulsions définies par 1 et 2 :

1.  Comportements répétitifs ou actes mentaux que le sujet se sent poussé à accomplir en réponse à une obsession ou selon

certaines règles qui doivent être appliquées de manière inflexible.

2.  Les comportements ou les actes mentaux sont destinés à neutraliser ou à diminuer le sentiment de détresse ou à

empêcher un événement ou une situation redoutée, cependant ces comportements ou ces actes mentaux sont soit sans relation réaliste avec ce qu’ils se proposent de neutraliser ou de prévenir, soit manifestement excessifs.

B /. A un moment durant l’évolution du trouble, le sujet a reconnu que les obsessions étaient excessives ou irraisonnées.

NB. Ceci s’applique pas aux enfants.

C /. Les obsessions ou compulsions sont à l’origine de sentiments marqués de détresse, d’une perte de temps c considérable « prennent plus d’une heure par jour » ou interfèrent de façon significative avec les activités habituelles du sujet, son fonctionnement professionnel « ou scolaire » ou ses activités ou relations sociales habituelles.

D / . Si un autre trouble de l’axe I est aussi présent, le thème des obsessions ou des compulsions n’est pas limité à ce dernier.

E / . La perturbation ne résulte pas des effets physiologiques directs d’une substance, ni d’une affection médicale générale.

- Spécifier :

Avec peu de prise de conscience, si la plupart du temps durant l’épisode actuel, le sujet ne reconnaît pas que les obsessions et les compulsions sont excessives ou irraisonnées.