Apprendre techniques de l’hypnose

  • Séance de 20 à 30 minutes.
  • Rythme : Dans la majorité des cas, un traitement par hypnose se fait en quelques séancesseulement « 03 à 10 séances selon le but thérapeutique
  • Certaines conditions sont nécessaires pour l’induction de l’hypnose :

- Une pièce tranquille, peu éclairée, favorable à la détente et au sommeil.

- Fixation de l’attention par un objet ou par un groupe d’idées.

- Stimulation auditive : le médecin répète les suggestions d’une voie monotone plus ou moin forte.

- Etablissement d’un rapport « medecin-malade » qui facilite l’induction.

  • Le déroulement de la séance se fait en cinq étapes :

-  Entretien préparatoire et les tests dits de suggestibilité.

-  Induction de l’état hypnotique.

-  Approfondissement de l’état hypnotique.

-  La suggestion proprement dite.

-  Le réveil et l’entretien post-hypnotique

A. Entretien préparatoire :

Son but est de placer l’hypnose dans un cadre médical, cela nécessite un examen psychiatrique complet avec éventuellement les tests psychométriques pour juger de la demande et préciser l’indication selon la symptomatologie et la personnalité du patient ; bien entendu, l’entretien s’attachera à dissiper l’appréhension du sujet en lui expliquant ce qui va se produire ou même ce que l’on attend de lui.

Cet examen s’attardera à dissiper l’appréhension du sujet en lui expliquant ce qui va se produire et ce que l’on attend de lui, puis celui-ci est soumis aux tests de suggestibilité pour augmenter sa suggestion, les plus utilisés sont :

  • Le test de balancement avec oscillation du corps puis chute en arrière.
  • L’épreuve de Kohnstamm « Body Sway Test » : ou mouvement spontané du bras aprèsappui préalable contre le mur.
  • Tests des mains serrées « Hand Clasp Test » :  qui présente l’avantage d’être employésur un groupe dont on désire sélectionner les personnes les plus suggestibles.

B. Induction :

Elle demande que soient réunies un certain nombre de conditions permettant une bonne relaxation du sujet.

Un relatif isolement sensori-moteur est nécessaire « amortissement des bruits, absence d’éclairage violent, ambiance calme » ; dans certains pays, de véritables ‘hypnotarium’ont été crées.

Les méthodes sont nombreuses et ont pour but principal de fixer ou de détourner l’attention du patient, tout en lui répétant des stimuli monotones, ces méthodes sont classées selon plusieurs critères :

  • La durée : induction lente ou rapide.
  • L’analyseur stimulé:

-  Visuel, par des stimuli optiques « hypnoscope de Stokvis », fixation sur un objet brillant.

-  Auditif, par des stimuli acoustiques « métronome ».

-  Tactile par des passes.

Une induction médicamenteuse peut être utilisée chez certains sujets particulièrement résistants.

Les méthodes d’induction rapide, autoritaires sont actuellement abandonnées.

Parmis les méthodes d’induction lente, plus permissives, certaines n’ont qu’un intérêt historique ; encore qu’elles soient parfois utilisées de nos jours, ainsi plusieurs méthodes « Bernheim par fascination », « Braid par fixation d’objet», « Erickson, la technique de lévitation de la main droite », « Wolman, technique du serrement des mains »…etc.

La méthode la plus largement utilisée est celle qui combine une relaxation progressive avec sensation de lourdeur, de chaleur et de sommeil induit, accompagnée d’une concentration sur la voix de l’hypnothérapeute et de suggestions verbales monotones et répétées.

Fleisher a même démontré en 1961 par une série d’expériences que les sujets ont actuellement plus de chance d’être hypnotisés s’ils s’attendent à être non pas hypnotisés mais relaxés. La relaxation entraîne beaucoup moin de résistance de la part du sujet.

La durée moyenne est de 15 à 20 minutes et l’état hypnotique ne s’obtient pas obligatoirement la première fois. Un notable raccourcissement de la durée de l’induction est obtenu par la suite chez le même sujet avec le même hypnothérapeute. On peut alors voir les états hypnotiques s’installer d’emblée à un signal donné »chiffre par exemple », si le comptage est employé comme moyen d’induction.

« Comme modèle nous prenons l’échelle de Harvard qui comporte 12 Items » :

  • Item 1  : suggestion simple « inclinaison irrésistible de la tête », on demande au sujet d’évoquer cetteidée les yeux fermés, idée qui sera répétée un certain nombre fois.
  • Item 2  : le fermeture des yeux, induction proprement dite, on explique au sujet que l’hypnose n’estpas différente du fait de regarder un spectacle au point que l’on oublie que l’on est spectateur.

Les suggestions du sommeil sont au premier plan et elles sont répétées : le mot dormir ou endormir 19 fois, mot sommeil 05 fois, somnolent 09 fois, fatigue 08 fois, les allusions aux yeux et aux paupières lourdes 33fois.

Les injonction qui établissent un mode de relation sont par exemple « bientôt vous serrez incapables de garder les yeux ouverts plus longtemps », « je veut que vous continuez à porter attention », « vous allez bientôt ressentir diverses choses que je vais vous demander de ressentir », « vous ne vous réveillez pas avant que  je vous le dise ».

Les autres items envisagent des actions qui sortent de l’ordinaire :

  • Item 3 : on suggère que le bras de vient lourd et qu’il descend.
  • Item 4 : on suggère que le bras doit sembler trop lourd pour pouvoir être soulevé.
  • Item 5 : les mains sont collées et on met le sujet au défi de les séparer.
  • Item 6 : on suggère que le bras se rigidifie et qu’il est impossible de le plier.
  • Item 7 :  les mains se rapprochent.
  • Item 8 : l’orateur demande au sujet de communiquer en remuant la tête, tout en précisant ; honnêtement, je ne voit pas que vous le pourriez.
  • Item 9 : une mouche ne cesse de voler au dessus de sa tête et il veut la chasser.

« Echelle de Davis et Husband »

  • Item 10 : suggérer que les paupières sont collées « je doute très fort que vous pourriez les ouvrir ».
  • Item 11 : suggérer qu’il ne se souviendra pas de l’expérience, il doit oublier jusqu’à que l’opérateur lui dise « maintenant vous pouvez vous souvenir de tout ».

C. L’état hypnotique:

Après l’induction, le sujet entre dans un état appelé hypnotique ou encore ‘transe’ »certains auteurs éprouvent ce dernier terme auquel ils trouvent une connotation péjorative ». Il n’existe pas de critères objectifs admis par les auteur mais certains phénomènes à savoir l’anesthésie, la catalepsie, le somnambulisme, la vésication ainsi que les signes biologiques décrits plus loin soient considérés par d’autres comme des preuves pour certains.

Dans l’approfondissement de cet état : trois stades sont distingués « léger, moyen ou profond, allant du simple état de détente au somnambulisme comme le stade le plus profond « échelle de Davis et Husband » qui considère l’ordre de succession de l’apparition des phénomènes hypnotiques.

Cet approfondissement peut se produire automatiquement au bout de quelques séances ou par certains techniques telles que :

  • La suggestion simple : je vais compter jusqu’à 05, votre bras devient très lourd, quandj’arrive à 05, vous ne pourriez pas lever votre bras et pas faire d’effort.
  • Prise de conscience par le sujet de la positivité de certains tests.
  • Suggestion post-hypnotique « relaxation plus grande à la prochaine séance ».
  • Hypnose fractionnée de Vogt « par deshypnotisation – rehypnotisation plusieurs fois aucours de la même séance ».
  • La concentration sur la respiration.

Les sujets pouvant atteindre une transe profonde varient, d’après les auteurs, entre 03 et 15 % de la population générale. En général, un état de transe légère ou moyenne permet de travailler ; l’état de somnambulisme n’étant que rarement nécessaire, d’autant que l’effet thérapeutique n’est en aucune façon fonction de la profondeur de la transe.

profondeur Degrés Symptômes
Réfractaire 0
Hypnoïde 12

3

4

5

Relaxation

Battement des paupières

Fermeture des yeux

 

Relaxation physique complète

Transe légère 67

10

11

Catalepsie oculaireCatalepsie des membres

Catalepsie rigide

Anesthésie « main gantée »

Transe moyenne 1315

17

18

20

 

Amnésie partielleAnesthésie post-hypnotique

Changements des personnalités

Simples suggestions post-hypnotiques

Illusions kinesthésiques ; amnésie totale.

Transe profonde 2123

25

26

27

28

29

30

 

Capacité d’ouvrir les yeux sans modifier la transeSuggestions post-hypnotiques fantaisistes

Somnambulisme complet

Hallucinations visuelles positives post-hypnotiques

Hallucinations auditives positives post-hypnotiques

Amnésie post-hypnotique systématisée

Hallucinations auditives négatives

Hallucinations visuelles négatives, hyperesthésie.

D. Les suggestions:

Elle dépendent du but thérapeutique : action symptomatique pour la levée du symptôme gênant ou plus global de détente et de repos.

John Hartland a donné une série de recommandations sur la manière de formuler les suggestions qui doivent être claires, sans ambiguïté, la terminologie qui doit être simple, l’intonation et le rythme de la voix qui doivent être appropriés et autant que possible positifs.

A visée thérapeutique, les suggestions doivent être données à la fin de la séance, répétées en termes imaginés, utiliser autant que possible la description que le patient aura donné de son symptôme, très souvent on y adjoint une suggestion post-hypnotique de rehypnotisation plus rapide et plus profonde à la prochaine séance.

E. Le réveil et l’entretien post-hypnotique:

Le réveil doit être progressif, précédé d’un temps de latence où sont données les consignes de détente, de repos et de bien être au réveil. On constate parfois lors de déshypnotisation brusque, des sensations de malaise avec nausées, céphalées, anxiété et vertige ; une nouvelle induction est alors nécessaire afin de faire disparaître ces symptômes et de réveiller progressivement le patient.

L’entretien post-hypnotique est capital, par le récit que fera le patient de son vécue de la transe, permettant de recueillir des éléments aidant le thérapeute à adapter sa technique et de s’ouvrir sur cette psychothérapie verbale.

 

Hypnose

Historique de l’hypnose

Bases théoriques de l’hypnose

Apprendre techniques de l’hypnose

Techniques d’application de l’hypnose

Phénomènes spécifiques de l’hypnose

Indications thérapeutiques de l’hypnose

Contre indications et séquelles de l’hypnose


Les commentaires sont fermés.