Techniques d’application de l’hypnose

A. Hypnose sèche « sans suggestion »   :

L’état hypnotique permet une reconstruction réparatrice du Moi. Les interprétations diffèrent selon les écoles. Pour Pavlov « il s’agit d’une inhibition restauratrice prolongée » ; pour l’école psychanalytique « régression et gratification instinctuelle ».

B. Hypnose prolongée :

Cure de sommeil durant plusieurs heures voir jours ou semaines.

C. Hypnothérapie suggestive ; directe ou indirecte :

La plus utilisée, vise à supprimer un symptôme gênant ou de modifier un vécu au niveau corporel ou cognitif.

Il est à noter qu’actuellement le qualificatif directe ne s’applique plus à la manière de formuler les suggestions, mais à l’orientation générale de la méthode qui vise directement au but thérapeutique sans tenter de modifier la structure de la personnalité du sujet.

Elle n’est pas une méthode psychothérapique à part entière, mais reste une technique de traitement clinique de troubles symptomatiques « douleur, altération fonctionnelle ».

Les méthodes indirectes impliquent une activité intermédiaire, affective ou sensori-motrice, permettant de tenir compte de la valeur psychodynamique du symptôme en respectant le plus possible sa valeur défensive.

D. Suggestion réeducative par persuasion :

Cette Hypnothérapie directive trouve principalement son indication chez les patients présentant un trouble délimité entrainant des difficultés relationnelles. Elle ajoute à la suggestion des éléments d’information, d’explication et de persuasion.

E. Hypnothérapie par déconditionnement sous hypnose:

Elle se rapproche beaucoup des méthodes de la thérapie comportementale.

Selon Bourgeois, 1979, l’hypnose par rapport à la technique de Wolpe, présenterait plusieurs avantages sur la simple relaxation :

-  Visualisation plus vivante grâce à l’imagination procurée par l’hypnose.

-  La détente est plus profonde, antagoniste de l’anxiété.

-  Possibilité de simplifier les hiérarchies.

Accès plus rapide à une problématique conflictuelle plus rapide.

F. Hypnocatharsis :

Régression d’âge et reviviscence des conflits refoulés

Utilisée par les américains après la deuxième guerre mondiale afin d’obtenir l’abréaction lors des névroses de guerre. On l’utilise également quand on veut préciser certaines données anamnestiques.

Sa vertu curative serait due à une prise de conscience « processus cognitif », accompagnée d’un intense vécu affectif « processus affectif »..

G. Hypno-analyse :

Où les Anglo-saxons empruntent à la psychanalyse ses bases théoriques et ses critères d’interprétation ; L’hypnose accélère ainsi le processus analytique.

associent à plusieurs degrés les deux méthodes psychothérapiques dans l’intention surtout d’abréger la durée de la cure analytique.

Certains auteurs pensent que l’hypnose peut servir à débloquer une analyse qui ne progresse plus, arguant du fait que la relation hypnotique se situerait à un niveau plus archaïque « corporel et non verbal ».

Elle reste cependant peu utilisée.

H. La narco-hypnose :

Associe des hypnotiques par voie orale, rectale ou veineuse, ce qui facilite la première induction chez les résistants. Elle est utilisée dans les premières inductions, les suivantes ne nécessitant plus, habituellement, l’administration de ces médicaments.

I. Hypnose de groupe:

Elle permet de sélectionner les bons sujets lors d’une première induction et d’améliorer l’hypnotisabilité de certains patients par l’exemplarité.

Le rôle rassurant du groupe est bien connu « 10 à 15 patients ». Les principales indications sont le traitement des alcooliques et la préparation aux accouchements.

Les suggestions individuelles sont possibles. Durée : 40 à 55 minutes.

J. Hypnodrame :

Chez les somnambules ; psychothérapie de groupe combinant hypnose et psychodrame.

Les sujets sont préalablement hypnotisés par le meneur de jeu.

K. Hypnose chez l’enfant :

Difficile, appelle au jeu et à l’imagination et à sa grande capacité à visualiser « technique de télévision », car l’enfant est suggestible mais moin hypnotisable ; les meilleurs résultats sont obtenus à partir de l’âge de 08ans.

L. Auto-hypnose :

S’induire soi-même à un état hypnotique, utilisé à la fin du traitement pour consolider les résultats de l’hypno-suggestion.

Les suggestions post-hypnotique de transe sont utilisées pour induire l’auto-hypnose. Les techniques de relaxation sont assez proches de l’induction d’un état auto-hypnoïde, jouent un grand rôle, et souvent la suggestion thérapeutique est reprise sous forme de formules intentionnelles selon la terminologie de la relaxation.

Hypnose

Historique de l’hypnose

Bases théoriques de l’hypnose

Apprendre techniques de l’hypnose

Techniques d’application de l’hypnose

Phénomènes spécifiques de l’hypnose

Indications thérapeutiques de l’hypnose

Contre indications et séquelles de l’hypnose


Les commentaires sont fermés.