Indications et contre indications des psychothérapiesde relaxation

 

Les indications des techniques de relaxation ne sont pas spécifiques d’1 état ou d’1 maladie et doivent tenir compte de nombreux aspects de la personnalité du sujet. Elles diffèrent également selon les auteurs et les méthodes utilisées.

En laissant de coté les domaines non médicaux ou la relaxation d’orientation physiologiques ont été appliquées (sports de compétition, métiers de théâtre, aide à la médiation, recherche du confort personnel), leur champ d’utilisation dépasse largement les limites des troubles psychiatriques.

Les indications :

1- Affections psychosomatiques :

- cardio-vasculaire= HTA labiles, palpitations, …………..

- Gastro-entériques= ulcère, colite.

- Dermato= allergie, eczéma, psoriasis.

- neuro : instabilité motrice,pathologie musculaire.

-uro-génitale : dysfonctionnement sexuel, éjaculation précoce, vaginisme, énurésie.

-pulmonaire :certains asthmes.

2-  Affections chez l’enfant :

- Affections psycho-somatiques.

- troubles névrotiques.

- troubles du comportement et instrumentaux.

10 a 13 ans : techniques similaires à celles de l’adulte.

Inf à 10 ans : technique de relaxation par les mots passifs.

 3- Médecine générale :

-         Tuberculose pulmonaire = training autogène.

-         Préparation psychologique à l’accouchement.

-         Troubles hémorroïdaires.

-         Déficits visuels.

 

4- En psychiatrie :

- Troubles sexuels : frigidité, impuissance.

- états anxieux à forte expression somatique témoignant d’une forte tension psychique : céphalées de tension,crampe des écrivains,tics, bégaiement.

- Insomnie d’endormissement: au lieu de prescrire des hypnotiques.

- Toxicomanie  en tant que trt adjuvant.

- Névroses structurées : training autogène.

Les Névrose s’expriment par une série de symptômes physiques (asthénie – céphalée) ; On considère d’une façon générale que les personnalités névrotiques à traits hystériques et anxieux sont de bonnes indications,de même que certains troubles phobiques, alors que l’hystérie de conversion et les névroses obsessionnelles n’en sont pas.

-Les états limites : à condition que le praticien soit suffisamment expérimenté pour contrôler l’intensité des phénomènes de régression et savoir éviter une excessive dépendance du patient à l’égard de la situation de la cure.

Les contre-indications :

1) les états schizophréniques  – les personnalités schizoïdes :

chez les quels on doit craindre que les manifestations de dépersonnalisation mineure ou les modifications des perceptions corporelles relativement banales au cours de la relaxation des sujets névroses ne prennent une intensité catastrophique  entraînant une angoisse massive et une poussée délirante.

Dont également décrets :

2) Etats hypomaniaques accentués.

3) Grandes instabilités psycho-motrices.

4) Névroses obsessionnelles graves.

5) hypochondries délirantes.

6) Traits de caractère paranoïaque (méfiance).

Psychothérapies de relaxation

Historique des psychothérpies de relaxation

Classifications des psychothérapies de relaxation

Propriétés communes aux différentes techniques de relaxation

Techniques des psychothérapies de relaxation

Indications et contre indications des psychothérapies de relaxation

 

Les commentaires sont fermés.