Historique des psychothérapies congnitivo-comportementales

 

La réflexion théorique et philosophique concernant les TC s’inscrit dans le mouvement BEHAVIORISTE (behavior=comportement).

A/ LE COMPORTEMENTALISME :BEHAVIORISME :

Il s’agit d’un courant de recherche fondé par WATSON 1913 , « study behavior not mind » ;qui proposa d’éliminer de la recherche psychologique tous les phénomènes de conscience,et de n’étudier que les comportements objectifs et manifestes : « ce que nous sommes c’est ce que nous faisons,et ce que nous faisons c’est ce que le milieu nous fait faire » ; « se comporter c’est agir ;le comportement c’est ce que l’organisme fait et dit »NAVILLE 1942.

Watson s’inspira des travaux de Pavlov,et réalisa des expériences sur l’apprentissage,comme l’expérience de conditionnement d’une réaction phobique du « little Albert ».

Mary Jones, 1924, reprit les travaux de watson,elle expérimenta le « déconditionnement progréssif» et « l’imitation de modèles »,pour traiter les phobies.

Wolpe, 1958, travailla sur la désensibilisation systématique ;qui s’appuie plus sur des processus cognitifs.

Un comportement pathologique est une conduite acquise, inadaptée et soumise aux grandes lois de l’apprentissage (renforcement, inhibition, extinction), il peut être désapprit au profit de comportements plus adapté.

Le rôle essentiel est attribué à l’environnement par l’action des stimuli qui en proviennent, et par l’effet des conséquences des comportements sur l’environnement, qui en retour va les renforcer ou non.le role de l’héredité et des perturbations biologiques n’est que secondaire.

Le but de ces thérapeutiques n’est pas de guérir une maladie ou de modifier une personnalité, mais de supprimer les comportements indésirables.

Evolution du Behaviorisme :

-notion que le comportement est déterminé par les seuls apprentissages a perdu de sa rigidité (intervention de la notion génétique des peurs innées et les facteurs de personnalité)

-élargissement de la définition des comportements accessibles au changement : conduites observables (action et parole) et les réponses couvertes (images mentales, souvenirs, émotions, affects et croyances).

B/ THÉORIES DE L’APPRENTISSAGE :

Il existe plusieurs types d’apprentissage,les mieux connus sont les conditionnement :répondant découvert par Pavlov,et opérant décrit par Skinner ;les études en laboratoire ont permis d’en dégager les principaux mécanismes et de définir les lois qui  régissent l’acquisition des comportements.

*LE CONDTIONNEMENT REPONDANT :PAVLOV 1927:dit classique ou type

1:Pavlov décrit la réaction salivaire conditionnelle :la présentation de nourriture(stimulus inconditionnel) déclenche une réponse de salivation(réponse inconditionnelle) chez le chien affamé (SI……..RI) ;il s’agit d’une réaction physiologique innée.Si l’on précède de qqs secondes la nourriture par un son(stimulus neutre),au bout d’un certain nombre d’associations,le stimulus neutre devient stimulus conditionnel :le son déclenche à lui seul la salivation(SC……….RC).on dit que la salivation est devenue « une réaction conditionnelle  » expression préférable au « reflexe conditionnée »dont le sens est trop restrictif pour désigner une réponse svt complexe.C’est un apprentissage par association.

On constate par ailleurs,que la réponse conditionnelle finit par disparaître si l’on omet de la renforcer par une nouvelle association :sans nourriture,il y a extinction de la réponse.C’est parce que la liaison acquise est temporaire , que l’individu reste capable d’adopter face à un environnement en perpétuel remaniement.

L’apprentissage par association est un principe qui a été déjà abordé par la psychologie Aristolienne et qui sera repris sous une forme actualisée dans la théorie associoniste de GUTHNIE 1938,et cité par LA FONTAINE 1978 .

Donc Pavlov a élaboré à partir du modèle de conditionnement répondant une théorie réflexologique des névroses en se fondant sur la notion de névrose expérimentale,mais trop simpliste et mécaniciste pour rendre compte de la complexité d’une névrose humaine,cette théorie sera cependant à l’origine de l’œuvre de Watson en 1913.

Le conditionnement classique de l’anxiété postule qu’une réponse anxieuse à un objet ou à une situation se développe secondairement à l’association entre la peur et un stimulus neutre.

*LA THEORIE DE HULL :1952 :

Hull complète le schéma initial qui devient S…O…R(stimulus,organisme,réponse).

Il tient compte des variables intermédiaires inhérentes à l’organisme lui même ;sur ce modèle,Hull a développé une théorie de l’apprentissage extrêmement complexe et tombée dans l’oubli,basée sur le concept de « réduction des besoins »physiologiques et affectifs.

*LE CONDITIONNEMENT SKINERIEN :OPERANT :INSTRUMENTAL :

TYPE2 :1938 :

Skinner contribue aux TCC par des recherches fondamentales sur l’analyse et la modification des comportements,il a analysé les relations entre les modifications de l’environnement et celles de comportements qui en résultent.

L’expérience principale de skinner 1971, est celle d’un animal qui placé dans une boite,va découvrir qu’en appuyant sur un levier (réponse R),il obtient immédiatement une quantité de nourriture (conséquence C de la réponse),cela peut s’accompagner d’un signal qui prend alors une valeur de stimulus discriminatif,qui n’agit pas exactement comme un déclencheur,il ne force pas la réponse à se produire,il ne présente qu’un des aspects parfois essentiels des circonstances dans lesquelles une réponse est émise et renforcée.On parvient au schéma suivant:

 

 

 

 

Il s’agit d’un apprentissage par les conséquences du comportement,qui contrôlent la réponse elle-même en la renforçant ou pas.A la différence de Pavlov qui considère le sujet de façon passive uniquement répondant.

Skinner le voit actif « opposant » sur son environnement :

SD  >   O   >    R  >   C

Le renforcement peut être :

-positif : l’O augmente le débit des R d’approche (exp. les conduites d’évitement sont renforcées positivement car elles sont réductrices d’anxiété).

-négatif : l’O augmente le débit des R d’échappement ou évitement.

-nul : absence de renforcement (extinction du comportement).

C’est donc un apprentissage par les conséquences du comportement

Pavlov : sujet passif répondant

Skinner : sujet actif opérant

*THEORIES COGNITIVES :

Selon ce modèle, les troubles psychopathologiques sont explicables par une perturbation du traitement de l’information.

Cognition=acte de connaître par le traitement de l’information.

Les processus de pensée (cognition), les motivations et les représentations symboliques de nos expériences vécues constituent l’objet d’études de ces théories, ces cognitions ne sont pas assimilées à de simples comportements appris (comme dans le Béhaviorisme de Pavlov et skinner), mais jouent un véritable role de médiation entre l’environnement et la réponse de l’individu.

Plusieurs modèles médiationnels ont été élaborés sur ces bases : MAHONEY 1974

        1/ la thérapie rationnelle d’ELLIS 1955:

Très critiquée,Ellis considère que les hommes ne sont pas perturbés par les choses en ellle meme,mais par la façon qu’ils ont de la percevoir.

Dans ce modèle,les émotions sont des conséquences de système de croyances irrationnels développées par le sujet.

Les principes de la thérapie seront d’abord de rechercher les obligations morales ‘Should’ ou les impératifs que se formule le sujet,ensuite repérer les conséquences irrationnelles qui en dérivent,le trt vise en la restructuration cognitive du type didactique.

2/ Le modèle de conditionnement privé « couvert » de CANTELLA 1970 : ce modèle se contente d’appliquer par analogie les lois d’apprentissage du comportement publique « ouvert » au comportement privé qui comprend les émotions,les pensées,les sensations et les imageries mentales.

     3/ le modèle de l’apprentissage social de  BANDURA :1969-1977 :

Il est basé sur l’apprentissage par imitation « VICARIANT » qui est considéré comme une des sources essentielles d’apprentissage par les conxéquences,le postulat théorique de base,appelé parfois PARADOXE DE BANDURA,était que :si tout changement de comportement impliquait un changement cognitif,pour changer les cognitions,il faut agir sur le comportement.

Pour Bandura,l’homme est un organisme complexe,en perpétuelle interaction avec l’environnement,le milieu sélectionné par l’homme mais l’environnement peut également etre sélectionné par l’homme,notamment à travers l’activité de ses mécanismes cognitifs,le modèle de Bandura est le plus élaboré.(déterminisme réciproque entre l’individu,son comportement et son environnement)

4/ le modèle cognitivo-comportemental de BECK :1967-1976 :

Les bases opérationnelles sur lesquelles s’appuient théorie  et pratique dans le modèle de Beck pourraient se résumer comme suit :

Beck s’est mit à analyser les ‘schèmes de pensée dysfonctionnels’ qui suscitent les syndromes psychopathologiques (processus dépressogènes et névrotiques) et se caractérisent par des erreurs de perception et d’interprétation « distorsions cognitives »,il a élaboré une forme de psychothérapie qui consiste à déconstruire des schèmes cognitifs et à les remplacer activement par d’autres,choisis de façon réfléchie.

5/ le modèle du « Self Instructional Training » de MEICHENBAUM 1977 :

Il se base sur l’étude de l’influence des auto-verbalisations sur les comportements,ces auto-verbalisations(ce que le patient se dit lui-même à son propre sujet,ou au sujet du monde extérieur) représentent l’emergence d’apprentissages anciens,des cartes cognitives qu’il a élaboré au fil des ans au contact d’évènements spécifiques.

La thérapie consistera, après identification des distorsions cognitives à proposer au patient un ‘nouveau’ langage intérieur plus réaliste (SIT).

6 /théorie cybernétique du Trt de l’information :

Peut être considérée comme une théorie cognitive.

En fait, toutes les formes de psychothérapies comportent des facteurs cognitifs,mais les thérapies cognitives décrites comme telles doivent se conformer à des impératifs expérimentaux bien définis.

Définition des psychothérapies congnitivo-comportementales

Historique des psychothérapies congnitivo-comportementales

Déroulement des psychothérapies cognitivo-comportementales

Méthodes et techniques des thérapies cognitivo-comportementales

Indications des thérapies cognitivo-comportementales

Contres indications des thérapies cognitivo-comportementales

Résultats des thérapies cognitivo-comportementales

 

Les commentaires sont fermés.