Sismothérapie ou électroconvulsivothérapie

L’ECT réalise une crise convulsive généralisée à l’aide du passage transcrânien d’un courant électrique d’une intensité maximale de 250 milliampères. Elle se fait sous AG avec courte curarisation. En général on fait 2 à 3 séances par semaine jusqu’à un tôtal de 12 séances, ce chiffre peut être dépassé. Il faut toutefois noter que l’efficacité du traitement ne se manifeste guère avant 3 ou 4 séances, qu’il ya intérêt à rapprocher les premières.

A. Rappel sur les effets délétères de l’ECT :

Effets liés à l’AG :

  • Accidents mortels.
  • Complications cardiaques : troubles du rythme, insuffisance coronarienne, pousséehypertensive, insuffisance cardiaque.
  • Complications respiratoires : apnée prolongée, bronchospasmes, arrêts respiratoires,spasmes du larynx, régurgitation alimentaire…
  • Autres : agitation, état de mal épileptique, réactions vagatoniques, réactions allergiques…

Effets liés au choc :

  • Risques ostéo-musculaires : douleurs musculaires généralisées, fracture du col de l’humérus et de la colonne vertébrale.
  • Syndrome confusionnel et troubles de la mémoire « amnésie lacunaire brève, antérograde et rétrograde ».
  • brûlure aux points d’application des électrodes.

B. Contres indications :

  • Affections neurologiques avec hypertension intracrânienne, myasthénie.
  • Malformations vasculaires cérébrales
  • Maladies cardio-vasculaires : cardiaques décompensés, coronariens, hypertendus..
  • Femme enceinte
  • Poly-fracturés récents.
  • Bilan préthérapeutique : bilan cardiaque « clinique et ECG », EEG.

 C. Indications :

Dans les états schizophréniques aigus évoluant depuis moins d’un ans, l’association de NLP et ECT est plus efficace que chacune de ces méthodes thérapeutiques administrées isolément.

Dans les états schizophréniques plus anciens et plus évolutifs, les données essentiellement empiriques privilégient les indications suivantes en deuxième intention après échec d’une neuroleptisation suffisante :

Troubles schizo-affectifs / manifestations délirantes « notamment hallucinations extéroceptives / manifestations anxieuses envahissantes peuvent faire courir un risque de passage à l’acte / état dépressif mélancoliforme / angoisse de dépersonnalisation importante / inhibition marquée, négativisme, état stuporeux / syndrome catatonique.

 

Prise en charge et traitement de la schizophrénie

Historique de la prise en charge des schizophrènes

Généralités ou objectifs du projet thérapeutique

Motifs d’hospitalisation d’un schizophrène

Traitement neuroleptique schizophrénie

Autres traitements utilisés dans la schizophrénie

Indications thérapeutique selon la forme de schizophrénie

CAT et traitement schizophrénie résistante

Sismothérapie ou électroconvulsivothérapie

Psychothérapies dans la schizophrénie

 


Les commentaires sont fermés.