Prise en charge et traitement de la schizophrénie

Le terme de schizophrénie désigne un groupe de psychoses marquées par l’alternance de la vie psychique dans les secteurs de la pensée, de l’affectivité, du dynamisme vital autour de ce processus de désagrégation, s’ordonnent des symptômes cliniquement identifiables malgré l’absence d’étiologie et de symptomatologie spécifique

Individualisée sous différentes entités « paranoïde, hébéphrénique, catatonique » il ya plus d’un siècle,  la schizophrénie demeure une affection chronique, au polymorphisme symptomatique, dont le processus pathologique engage encore l’ensemble de la trajectoire existentielle du sujet.

Les patients souffrant de la schizophrénie représentent donc un important problème de santé publique. Plus la thérapeutique est précoce, plus grandes sont les chances d’efficacité et meilleure pronostic général de l’affection.

L’apparition des antipsychotiques atypiques a permis une amélioration du pronostic en prévenant les signes négatifs de la schizophrénie attribués aussi aux NLP classiques. Une meilleure compliance thérapeutique et une amélioration de la qualité des soins et confort du patient.

La synergie d’action des neuroleptiques, associés aux autres modalités « accès aux habiletés sociales, insertion ou réhabilitation psycho-sociale, mesures psychothérapiques ‘thérapie de groupe, institutionnelle, thérapie familiale…’… », devrait s’en trouver renforcée, tout en favorisant la prise en compte de la qualité de vie, l’alliance thérapeutique avec la famille, très souvent témoin en médecine, de réels progrès thérapeutiques.

Les différentes stratégies thérapeutiques doivent s’inscrire dans le cadre d’une véritable projet thérapeutique à long terme formulé au cas par cas..

L’essentiel de la prise en charge thérapeutique sera autant que possible, réalisée en ambulatoire par exemple dans le cadre d’un suivi de secteur psychiatrique « consultations régulières ».

L’hospitalisation à plein temps est nécessaire lors du début des troubles, dans les formes de début de la schizophrénie « où elles posent un problème diagnostic » ou en cas d’exacerbation de la symptomatologie psychotique et plus particulièrement devant un risque patent de passage à l’acte ou d’importants trouble de comportement.

La prise en charge thérapeutique s’élabore au fil du temps, en tenant compte :

-  Du patient lui même : structurellement ambivalent du caractère pathologique de ses troubles, l’instauration d’une relation thérapeutique.

-  Des modes de révélation, d’expression et d’évolution de la maladie.

-  De l’entourage.

-  De médecin et de l’équipe soignante : dépistage, soins hospitaliers et l’assistance thérapeutique au long cours.

La cure NLP demeure la condition nécessaire mais non suffisante du traitement des schizophrènes. Le rôle initial de la chimiothérapie est souvent de permettre l’instauration de la relation thérapeutique, puis suit la mise en place des mesures psycho-socio-thérapeutiques, dont l’efficacité progressive renforce l’action des médicaments et réciproquement.

Prise en charge et traitement de la schizophrénie

Historique de la prise en charge des schizophrènes

Généralités ou objectifs du projet thérapeutique

Motifs d’hospitalisation d’un schizophrène

Traitement neuroleptique schizophrénie

Autres traitements utilisés dans la schizophrénie

Indications thérapeutique selon la forme de schizophrénie

CAT et traitement schizophrénie résistante

Sismothérapie ou électroconvulsivothérapie

Psychothérapies dans la schizophrénie

 

 

Les commentaires sont fermés.