Modèles développementaux schizophrénie

Ils reposent sur l’hypothèse selon laquelle des anomalies structurelles cérébrales, séquellaires de perturbations précoces du neuro-développement, pourraient être impliquées dans l’étiopathogénie des schizophrènies.

Les schizophrènies « neuro-développementales » seraient caractérisées par une surreprésentation masculine, des anomalies pré-morbides du développement psychomoteur et affectif, un âge de début précoce, une symptomatologie déficitaire, et un pronostic péjoratif.

Arguments neuro-radiologiques

  • Les études scanographiques et par résonance magnétique nucléaire ont montré que lesschizophrènes présentent le plus souvent que les contrôles des anomalies neuro-radiologiques, dont la plus fréquente est un élargissement ventriculaire. Le plus souvent sont signalés des élargissements du troisième ventricule et des ventricules latéraux.

Lorsque l’élargissement est présent chez des schizophrènes, il est objectivé dès le début de la maladie et ne semble pas plus fréquent chez des schizophrènes chroniques, ce qui éliminerait des artefacts liés aux traitements et aux conditions de vie.

  • Dans les régions temporales, la diminution de volume a été objectivée par des étudesplanimétriques « mesure des surfaces ». l’atrophie porte sur la matière grise du lobe temporal gauche et sur une région temporale interne, l’hippocampe gauche. Une réduction de la taille du complexe amygdalo-hippocampique et du gyrus temporal supérieur.
  •  Dans les régions frontales, les résultats sont moins constants, les aspects d’atrophie n’ayant pas été régulièrement observés.
  • Les modifications corticales diffuses ont été observées. Une réduction de la matièregrise, la réduction ne porte pas sur la matière blanche et s’accompagne d’une augmentation correspondante du volume de liquide présent dans les scissures. Cette atrophie corticale serait plus marquée lorsque les symptômes déficitaires sont importants.

Arguments histopathologiques

Lorsque des anomalies histopathologiques sont identifiées chez les schizophrènes, elles prédominent le plus souvent dans le lobe temporal, et plus spécifiquement dans la région hippocampique. Ont été ainsi été mises en évidence une désorientation des cellules pyramidales de l’hippocampe, ou des anomalies de la répartition de certains types de neurones au sein des différentes couches corticales, et en particulier au niveau du cortex entorhinal « zone essentielle pour les connexions de l’hippocampe avec les autres structures corticales et sous-corticales ». ces ectopies neuronales pourraient être liées à des perturbations de la migration neuronale des régions péri-ventriculaires vers les régions corticales lors du deuxième trimestre de gestation.

Facteurs de risque environnementaux précoces

Complications obstétricales

L’établissement d’un lien de causalité directe entre exposition à des complications obstétricales et schizophrénie reste à confirmer, et le lien de causalité inverse ne peut être exclu.

Variation saisonnière des naissances et hypothèse virale

La proportion de patients schizophrènes était significativement augmentée parmi les patients psychiatriques dont le deuxième trimestre de gestation s’était déroulé durant la grande pandémie de grippe asiatique.

Carences nutritionnelles

Le risque d’émergence ultérieure d’un trouble schizophrénique est augmenté chez les sujets dont le premier trimestre de gestation est marqué par une grande pénurie alimentaire. Les carences nutritionnelles notamment vitaminiques, peuvent induire des malformations du SNC.

Hypothèses physiopathologiques

Les déviations du DPM « acquisition retardée de la marche et du langage, perturbations cognitives, et comportementales précoces », le plus souvent infracliniques, pourraient être les manifestations pré-morbides de lésions neuro-développementales.

Une anomalie structurelle cérébrale liée à des perturbations de neuro-développement « pendant la vie fœtale ou périnatale »  peut ne devenir cliniquement patente que lorsque la maturation cérébrale est achevée.

Etiopathogénie de la schizophrénie – Introduction

Données biologiques de la schizophrénie

Hypothèse neuro-pathologique de la schizophrénie

Modèles développementaux schizophrénie

Données génétiques de la schizophrénie

Neuropsychologie cognitive de la schizophrénie

Données psycho-génétiques de la schizophrénie

 

Les commentaires sont fermés.