Psychopathologie des phobies scolaires

 

A. Tests psychologiques

Ils sont sans particularités, l’efficience intellectuelle est bonne voire supérieure.

Au Rorschach, l’inhibition et le retrait dominent avec affectivité labile, égocentrisme et impulsivité, masquant une angoisse profonde et ancienne.

B. Approche psychopathologique individuelle

L’organisation psychopathologique sous-jacente est diversement appréciée selon les auteurs. Les uns considèrent que la phobie scolaire s’intègre dans une organisation névrotique de type phobique, d’autres trouvent des niveaux d’organisation très variable.

1. Sperling

Il s’agit d’une structure névrotique phobique. L’organisation de la phobie scolaire serait au 1er stade névrotique = stade anal, elle resterait très proche de conflits + précoces de la séparation avec maintien d’une ambivalence extrême et l’existence de défaillances dans l’organisation névrotique où les fantasmes d’omnipotence magique paraissent toujours présents.

2. Lebovici

Les phobies scolaires sont les manifestations d’une pathologie d’expression névrotique mais dont les symptômes sont peu élaborés.

La phobie scolaire est intégrée à tout contexte d’angoisse éprouvée à l’occasion d’une séparation avec les parents (la mère généralement), et de sentiment d’ambivalence excessive de l’enfant à leur égard.

L’enfant ne peut tolérer ce conflit entre amour et haine des parents qu’en leur présence, ce qui le rassure.

En leur absence, le versant hostile de l’ambivalence prend des proportions effrayantes, il s’accroche aux images parentales aimées sur le mode ambivalent, ce qui lui permet de les protéger contre ses propres désirs de mort et ses fantasmes agressifs.

C. Psychopathologie familiale

Les parents doivent être de bons parents mais aussi des éducateurs en accord avec les valeurs que transmet l’école, s’il n’y a pas d’adhésion cela génère chez l’enfant un écart de référence où existe un formatage cognitif et affectif éloigné des exigences scolaires.

Les mères présentent souvent elles même des troubles phobiques (agoraphobie le + svt), une anxiété excessive, des traits névrotiques, un lien d’hyper dépendance précoce est mentionnée « névrose mutuelle », les mères sont surprotectrices, un état dépressif de la mère est svt retrouvé, et une relation de type sadomasochiste mère-enfant n’est pas rare.

Les pères sont souvent absents ou éloignés, peu sécurisants, faibles, inaccessibles, déchus de leur rôles et de leurs fonctions.

L’enfant, surtout le garçon, ne semble pas trouver auprès de son père, une possibilité d’identification positive.

La défaillance dans le processus d’identification à l’un ou l’autre des parents qui empêche l’adhésion aux exigences de l’école.

Selon Sperling;

La phobie scolaire aigue est secondaire à un traumatisme qui menace les capacités de contrôle de l’enfant de la réalité, grâce à la phobie l’enfant maintient un contrôle sur son entourage.

La phobie scolaire induite est secondaire à une relation mère-enfant pathologique

La phobie scolaire chronique est secondaire à une interférence des2.

D. Socio pathologie

L’école apparait de +en+ comme hiérarchisée et comme un appareil à reconstruire les inégalités, d’un coté elle ouvre droit à l’éducation pour tous, de l’autre elle repère et classe en fonction des compétences acquises en son sein, mais aussi au sein du groupe familial.

Il semble exister un parallélisme entre la valorisation des études tant au plan individuel et familial qu’au plan social et la fréquence des phobies scolaires. L’ampleur du phénomène au japon, où la compétition scolaire est  maximale en témoigne.

Une institution scolaire peut être trop normative et exigeante, et une société de performance participent toutes deux, à déstabiliser des ado déjà vulnérables.

Il n’est d’ailleurs pas anodin, que beaucoup de phobie scolaire se déclarent vers l’âge de 10-11ans lors de l’entrée en 6ème, qui est symbolique, marquée par une autonomie plus importante, de nouvelles matières, la pluralité des maitres et des orientations différentes en fonction des résultats scolaires, avec les ambitions familiales; l’enfant ne peut pas ignorer que la compétition scolaire sera plus sévère.

Les phobies scolaires – introduction

Historique des phobies scolaires

Définition de la phobie scolaire

Épidémiologie des phobies scolaires

Description clinique des phobies scolaires

Formes cliniques des phobies scolaires

Diagnostic selon DSM IV des phobies scolaires

Diagnostic différentiel des phobies scolaires

Évolution des phobies scolaires

Psychopathologie des phobies scolaires

Abord thérapeutique des phobies scolaires

 

Les commentaires sont fermés.