Etiopathogénie de l’énurésie

De nombreux facteurs ont été avancés pour expliquer l’énurésie. Aucun d’entre eux ne se révèle à lui seul suffisant.

1.  Facteurs héréditaires :

La fréquence remarquable de l’énurésie « en général primaire » dans certaines familles est en faveur de la participation d’un facteur génétique mais cette éventualité ne concerne qu’une minorité.

2.  Profondeur du sommeil :

A souvent été incriminé, cependant l’énurésie survient à la fin d’un sommeil lent profond et non au cours des phases de sommeil rapide.

3.  Immaturité neuro-motrice de la vessie :

La capacité de la vessie augmente avec l’âge et le volume d’urine intra-vésicale déclenche la contraction du détrusor qui augmente aussi avec l’âge. les études cystomanometriques ont montré la vessie d’un énurétique se contracter comme une vessie d’enfant plus jeune.

4.  Les perturbations émotionnelles et les traumatismes affectifs :

Jouent un rôle plus important dans les énurésies secondaires, mais il est toujours difficile de faire la part des troubles psychopathologiques de celui-ci.

Les facteurs psychologiques les plus évidents dans la genèse de l’énurésie sont :

  • Fréquence dans les milieux défavorisés.
  • Familles dont des parents sont séparés.
  • Enfant ayant eu de multiples séparations du milieu familial.
  • L’existence de circonstances déclenchantes de significations affectives telles que la

Séparation du  milieux familial « entrée en internat » naissance d’un puîné.

5.  Attitudes parentales :

Certaines attitudes parentales sont susceptibles de perturber l’acquisition du contrôle mictionnel, soit par :

  • Passivité, indifférence et carence affective.
  • Excès d’exigences et d’attitudes sévères, rigides et répressives.

Mais dans ces domaines aussi, il est souvent difficile de distinguer ce qui est « causal » « déclenchant » ou « réactionnel » dans les attitudes parentales.

6.  Interpellation psychodynamique :

Elle est très variable selon les cas :

L’énurésie est d’autant plus bénigne que l’enfant est plus jeune. Celle ci représente une satisfaction érotique et un équivalent masturbatoire. Elle peut aussi  témoigner d’une agressivité et d’une opposition vis à vis de la mère. Elle peut enfin être une conduite régressive du à leur immaturité affective destinée à obtenir davantage de soins maternels, ils ne veulent pas abandonner leur enfance.

Troubles sphinctériens chez l’enfant

Rappel anatomo-physiologique controle sphinctérien

Enurésie

Epidémiologie de l’énurésie

Les symptômes de l’énurésie

Répartition dans le nycthémère

La fréquence des mictions

Associations de l’énurésie avec d’autres troubles

Critères diagnostiques DSM IV 4 R énurésie

Diagnostic différentiel de l’énurésie

Evolution de l’énurésie

Etiopathogénie de l’énurésie

Conduite à tenir devant une énurésie et traitement

Encoprésie

Epidémiologie des encoprésies

Les symptômes de l’encoprésie

Examen somatique encoprésie

Critères diagnostiques DSM IV R 4 encoprésie

Diagnostic différentiel encoprésie

Evolution / pronostic encoprésie

Etiopathogénie de l’encoprésie

Conduite à tenir devant une encoprésie

Constipation psychogène « Mégacôlon fonctionnel »

 

 


Les commentaires sont fermés.