Conduite à tenir devant une encoprésie

Le traitement ne doit jamais être purement symptomatique, des mesures visent à supprimer le symptôme, ont un effet transitoire et peuvent être ressentis comme agressives et angoissantes.

Il faut donc un abord global des conflits psychiques sous-jacents aux symptômes, cela nécessite une psychothérapie de l’enfant et une prise en charge des parents, ce qui peut aller jusqu’à une psychothérapie individuelle de l’un ou l’autre d’entre eux.

Cependant des auteurs disent qu’une guérison complète ne peut être espérée sans évacuer des fécalomes ; l’évacuation est réalisée grâce à des lavements évacuateurs suivis d’une rééducation sphinctérienne. Il ne faut pas exagérer les manipulations locales car pouvant être angoissantes ne pouvant favoriser une érotisation supplémentaire de la passivité anale.

Quand à la rééducation sphinctérienne, elle doit être considérée comme fonction du « Moi auxilliaire », lui faire penser ou aller aux toilettes et ceci après établissement d’une relation de confiance.

Troubles sphinctériens chez l’enfant

Rappel anatomo-physiologique controle sphinctérien

Enurésie

Epidémiologie de l’énurésie

Les symptômes de l’énurésie

Répartition dans le nycthémère

La fréquence des mictions

Associations de l’énurésie avec d’autres troubles

Critères diagnostiques DSM IV 4 R énurésie

Diagnostic différentiel de l’énurésie

Evolution de l’énurésie

Etiopathogénie de l’énurésie

Conduite à tenir devant une énurésie et traitement

Encoprésie

Epidémiologie des encoprésies

Les symptômes de l’encoprésie

Examen somatique encoprésie

Critères diagnostiques DSM IV R 4 encoprésie

Diagnostic différentiel encoprésie

Evolution / pronostic encoprésie

Etiopathogénie de l’encoprésie

Conduite à tenir devant une encoprésie

Constipation psychogène « Mégacôlon fonctionnel »

 

 


Les commentaires sont fermés.