Diagnostic de la maladie d’Alzheimer

 

1. Interrogatoire :

doit être minutieux et précis. Fait avec l’entourage ; précise les modalités d’apparition, évolution des troubles, évolutivité, les aspects familiaux…

2. Examen physique :

Il est « normal » dans la maladie d’Alzheimer. tout signe neurologique somatique, tel que syndrome extra – pyramidal, myoclonies, crises d’épilepsie, doit faire rechercher d’autres diagnostics, bien que leurs présences soient possibles dans les stades sévères de la MA. L’examen comportera, en outre, systématiquement, un examen général notamment cardio-vasculaire et une évaluation nutritionnelle, car la perte de poids est fréquente chez les patients déments.

3. Examens paracliniques :

[ Bilan minimum ]

  • Bilan biologique :

Un hémogramme, un ionogramme sanguin, calcémie, glycémie, TSH, protidémie.

En fonction du contexte, on complétera par un dosage de l’urée, créatinine, enzymes hépatiques, gGT, vitamine B12 et folates. Une recherche de la sérologie : TPHA – VDRL et HIV.

Le bilan biologique est normal dans les démences neurovégétatives.

  • Imagerie cérébrale « scanner et / ou IRM »

La TDM permet d’éliminer d’autres causes de démence. Lorsqu’il montre une atrophie corticale, celle-ci n’a de valeur d’orientation diagnostique que si elle touche une région circonscrite du cortex cérébral.

L’IRM est un examen plus contributif au diagnostic, par la mise en évidence d’une atrophie des structures hippocampiques à un stade débutant de la MA. Dès le stade précoce de la maladie, le volume de formation hippocampique est réduit entre 20 et 30 %  comparativement aux sujets témoins. L’atrophie hippocampique augmente avec l’évolution de la maladie, et est corrélée aux performances mnésiques.

  • L’examen microscopique : « Altérations anatomo – pathologiques »

Plaques séniles, DNF, DGV, perte neuronale, gliose astrocytaire et angiopathie amyloïde. Des corps de Lewy sont parfois observés dans les neurones corticaux.

[ Bilan élargi en fonction du contexte ]

  • Ponction lombaire :

Nécessaire en cas de doute diagnostic « si il ya d’autres pistes étiologiques à discuter ».

  • Electroencéphalogramme :

Il est utile en cas de suspicion de maladie à prions, de syndrome confusionnel associé à la démence, de suspicion de crises épileptiques partielles ou généralisées.

  • Scintigraphie cérébrale :

Elle est utile surtout dans :

-  Les diagnostic débutants de la MA. Elle montre un hypodébit des régions amygdalo – hippocampique bilatérales.

-  Dans les tableaux neurologiques atypiques ou orientant vers une autre cause : Hypodébit frontal dans les démences fronto – temporales, hypodébit périsylvien gauche dans les aphasies progressives.

  • Complément du bilan biologique et radiologique :

On pourra également effectuer un bilan immunologique, paranéoplasique, infectieux…

[ Bilan neuro – psychologique spécialisé ]

IL est indispensable au diagnostic dans les démences légères et dans les tableaux cliniques n’évoquant pas une maladie d’Alzheimer. Ces tests auront pour objectif :

-  Confirmer l’existence du syndrome démentiel et de déterminer un profil d’atteinte psychométrique aidant au diagnostic étiologique.

-  De préciser à quelle étape du fonctionnement de la mémoire se situe le déficit : encodage « étape attentionnelle », consolidation-stockage »mise en mémoire de l’information » ou rappel »récupération de l’information ».

-  D’évaluer les autres fonctions cognitives instrumentales ; langage, fonctions visuo – spatiales, calcul, raisonnement, capacités gestuelles « Apraxie ».

-  D’évaluer les fonctions exécutives frontales.

  • Mini mental test  de Folstein « MMS » :

Evalue l’efficience cognitive globale, permet d’apprécier le niveau de sévérité de la démence.

-  Il fournit un score sur 30 points.

-  Le score pathologique est inférieur à 24 « très suspect d’un déficit cognitif » / entre 18 et 24 « déficit très probable » / inférieur à 18 « déficit cognitif certain ».

-  Un score supérieur à 24 n’élimine pas un démence.

  • Evaluation pratique de l’incapacité fonctionnelle de Reisberg:

C’est l’échelle globale de détérioration de la MA. Classe la détérioration en 7 stades fonctionnels

  • Echelle CDR : 

Repose sur un évaluation globale de l’état du patient.

  • Test ‘information – mémoire – concentration’ de Blessed « IMC ».

 

Maladie d’Alzheimer – Introduction
Historique de la maladie d’Alzheimer
Épidémiologie de la maladie d’Alzheimer
Physiopathologie de la maladie d’Alzheimer
Étude clinique de maladie d’Alzheimer
Diagnostic de la maladie d’Alzheimer
Critères diagnostic DSM IVR « la démence de type Alzheimer »
Diagnostic différentiel de la maladie d’Alzheimer
Prise en charge de la maladie d’Alzheimer

 

Les commentaires sont fermés.