Cas clinique trouble délirant DSM 4 IV TR

 

Mr M âgé de 40 ans, professeur universitaire, marié, père de deux enfants, ramené en consultation suite à des coup et blessures sur sa femme.

Mr M est persuadé que sa femme le trompe avec son voisin, à chaque fois qu’elle sorte de la maison, il est sure qu’elle va le voir, si elle va sur le toit de la maison c’est pour lui faire un signe, si il rentre a la maison et sa femme met du temps pour lui ouvrir la porte, il est sure que sa femme était avec son voisin a la maison et qu’elle met du temps pour que son voisin prend la fuite par la porte de derrière, et pourtant il ne l’a jamais vu avec lui et n’a aucune preuve, il lui a interdit de sortir de la maison et même de regarder par la fenêtre, sa femme a refusé alors il a frappé.

A l’examen Mr M est coléreux, il dit qu’il est sure que sa femme le trompe et il n’a aucun doute, pourtant quand on lui demande si il a déjà vu avec lui, ou si il a des preuves, il répond que c’est a travers son comportement qui est arrivé a savoir qu’elle le trompe.

Mr M n’a pas d’hallucination ou autres délires, son discours est cohérent en dehors de son délire de jalousie, il y a pas d’altération de son fonctionnement sociale et professionnelle, il travaille toujours, il a reste en contact avec ses amis et il fait ses activités habituelles.

Diagnostic selon les critères du DSM 4 IV-TR :

  • Axe I : Trouble délirant, type jalousie
  • Axe II : Absence de diagnostic
  • Axe III : Aucun
  • Axe IV : Aucun
  • Axe V : EGF

Cas clinique schizophrénie DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble dépressif majeur récurrent DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble délirant DSM 4 IV TR

 

Cas clinique trouble dépressif majeur récurrent DSM IV 4 TR

 

Mme B 40 ans mariée, mère de 4 ans, femme au foyer ramené par son époux en consultation psychiatrique suite à une tentative de suicide.

Le début des troubles remonte a un mois, de façon insidieuse, Mme B, a commencé a s’isolé, a ne prendre plus soins d’elle, ne se maquiller plus, ne sortait plus de la maison, se sentait triste, ne parlais plus ni a son mari ni a ses enfants, a arrêter de prendre soin de ses oiseaux, elle qui est passionnée par ces animaux, n’avait plus d’appétit, dormait mal, son époux rapporte qu’elle passe la nuit a pleuré et a parler avec un interlocuteur qui n’existe pas.

A l’examen Mme B est ralenti, met du temps pour répondre, parle avec un débit lent, baisse la tète, sa mimique est triste, rapporte un dégout de la vie, qu’elle ne voit pas l’intérêt de vivre, que toute sa vie est un échec, qu’elle veux se donner la mort que de toute façon on va tous mourir alors pourquoi attendre et prolongé sa souffrance, rapporte que l’ange de la mort lui parle, lui dit que la fin du monde est proche, qu’une grande explosion va se produire et qui va détruire toute la terre.

Mme B a déjà eu deux épisodes similaires à l’âge de 30 ans et à l’âge de 36 ans, qui ont nécessités des hospitalisations dans un hôpital psychiatrique, la patiente été mise sous traitement antidépresseur, antipsychotique et anxiolytique.

Mme B répondait bien au traitement qui a été après un an après sa première hospitalisation et deux ans après sa deuxième hospitalisation.

L’époux rapporte qu’une fois sorti de l’hôpital sa femme était complètement guérit, n’avait aucun trouble, même après l’arrêt de traitement.

Diagnostic selon les critères du DSM IV TR :

  • Axe I :Trouble dépressif majeur, récurrent, avec caractéristique psychotique.
  • Axe II : Absence de diagnostic.
  • Axe III : Aucun.
  • Axe IV : Aucun.
  • Axe V : EGF.

Cas clinique schizophrénie DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble dépressif majeur récurrent DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble délirant DSM 4 IV TR

 

Cas clinique schizophrénie DSM 4 IV TR

 

Mr B est un jeune homme célibataire âgé de 28 ans qui est amené par sa famille à cause d’une rechute  des symptômes psychotiques et de son mauvais niveau de fonctionnement en général. Il habite avec son frère et il ne travaille pas, il a été hospitalisé deux fois en psychiatrie.

Mr B affirme qu’il peut contrôler le comportement des autres grâce à sa respiration et que les gens peuvent lire ses pensées. Il est persuadé d’être surveillé et suivi, se plaint d’un sentiment de confusion et répète les phrases qu’il entend. Il dit entendre toute la journée des voix qui le menacent. Mr B rapporte qu’il a peu d’énergie, se sent incapable de pensé, détraqué a jamais. Son état s’est détérioré depuis que son amie l’a quittée, après l’entretien Mr B est hospitalisé dans le service de psychiatrie.

La première hospitalisation de Mr B avait fait suite à une dispute avec son ami. Il pensait que tout le monde autour de lui connaissait ses pensées et qu’il pouvait contrôler par télépathie les actions des gens en regardant et en respirant d’une certaine manière. Il sentait ses pensées qui s’arrêter net en plein milieu  et son esprit qui devenait vide.

Après deux mois d’hospitalisation et sous traitement, les symptômes psychotiques ont disparu mais sa vie sociale est devenue limitée, il n’a pas pu reprendre son travail et ses contacts avec ses amis sont devenus limités.

Mr B a été hospitalisé une 2e fois après un an, suite a une rechute avec les mêmes symptômes du premier épisode et en plus le patient pensait qu’il était filmer par une caméra et ses vidéos sont vendues. Cette rechute est survenue suite à un arrêt de traitement de plus de deux semaines.

L’épisode actuel est survenu suite à la diminution des doses du traitement avec apparition en plus de symptômes dépressifs, le patient se dit triste, désespéré, épuisé et incapable d’apprécier même les plaisirs les plus simples, dort mal, envie de pleuré, s’accuse d’être feignante, se sent misérable, son appétit est réduit, se sent inquiet en permanence, passe tout son temps a la maison et se sent incapable de travailler, une vie sociale quasi inexistante.

Diagnostic selon les critères du DSM IV TR :

  • Axe I : Schizophrénie de type paranoïde avec symptômes résiduels entre les épisodes. Troubles dépressif non spécifié
  • Axe II : absence de diagnostic
  • Axe III : Aucun
  • Axe IV : Diminution des rapports avec ses amis
  • Axe V : EGF

Cas clinique schizophrénie DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble dépressif majeur récurrent DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble délirant DSM 4 IV TR