Cas clinique schizophrénie DSM 4 IV TR

 

Mr B est un jeune homme célibataire âgé de 28 ans qui est amené par sa famille à cause d’une rechute  des symptômes psychotiques et de son mauvais niveau de fonctionnement en général. Il habite avec son frère et il ne travaille pas, il a été hospitalisé deux fois en psychiatrie.

Mr B affirme qu’il peut contrôler le comportement des autres grâce à sa respiration et que les gens peuvent lire ses pensées. Il est persuadé d’être surveillé et suivi, se plaint d’un sentiment de confusion et répète les phrases qu’il entend. Il dit entendre toute la journée des voix qui le menacent. Mr B rapporte qu’il a peu d’énergie, se sent incapable de pensé, détraqué a jamais. Son état s’est détérioré depuis que son amie l’a quittée, après l’entretien Mr B est hospitalisé dans le service de psychiatrie.

La première hospitalisation de Mr B avait fait suite à une dispute avec son ami. Il pensait que tout le monde autour de lui connaissait ses pensées et qu’il pouvait contrôler par télépathie les actions des gens en regardant et en respirant d’une certaine manière. Il sentait ses pensées qui s’arrêter net en plein milieu  et son esprit qui devenait vide.

Après deux mois d’hospitalisation et sous traitement, les symptômes psychotiques ont disparu mais sa vie sociale est devenue limitée, il n’a pas pu reprendre son travail et ses contacts avec ses amis sont devenus limités.

Mr B a été hospitalisé une 2e fois après un an, suite a une rechute avec les mêmes symptômes du premier épisode et en plus le patient pensait qu’il était filmer par une caméra et ses vidéos sont vendues. Cette rechute est survenue suite à un arrêt de traitement de plus de deux semaines.

L’épisode actuel est survenu suite à la diminution des doses du traitement avec apparition en plus de symptômes dépressifs, le patient se dit triste, désespéré, épuisé et incapable d’apprécier même les plaisirs les plus simples, dort mal, envie de pleuré, s’accuse d’être feignante, se sent misérable, son appétit est réduit, se sent inquiet en permanence, passe tout son temps a la maison et se sent incapable de travailler, une vie sociale quasi inexistante.

Diagnostic selon les critères du DSM IV TR :

  • Axe I : Schizophrénie de type paranoïde avec symptômes résiduels entre les épisodes. Troubles dépressif non spécifié
  • Axe II : absence de diagnostic
  • Axe III : Aucun
  • Axe IV : Diminution des rapports avec ses amis
  • Axe V : EGF

Cas clinique schizophrénie DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble dépressif majeur récurrent DSM 4 IV TR

Cas clinique trouble délirant DSM 4 IV TR

 

Les commentaires sont fermés.