Risque génétique pour le trouble bipolaire sur le gène PBRM1 sur le locus 3p21.1

 

Les scientifiques de l’institut de psychiatrie du King’s College London ont réalisé une étude portant sur plus de 28 000 sujets recrutés par 36 centres de recherches et ont répliqué l’association du marqueur du gène PBRM1 sur le locus 3p21.1 avec le trouble bipolaire, mais pas avec la schizophrénie. Cette nouvelle recherche vient contredire la majorité des études qui avaient découvert que les gènes de risque de schizophrénie contribuent au risque du trouble bipolaire. Pourtant, cette constatation fait la différence entre le risque héréditaire pour le trouble bipolaire et la schizophrénie.

Cette étude a constaté que le chromosome du locus 3p21.1 contient un risque génétique commun pour le trouble bipolaire, à savoir le gène PBRM1.

L’un des plus grands défis de génétique psychiatrique a consisté à répliquer les résultats d’études de grande envergure pour «que cette étude apporte un supplément aux progrès rapides et récents d’identification des gènes pour les maladies mentales», commente l’auteur principal, le Dr Evangelos Vassos. Il ajoute: «Ces dernières années, nous avons identifié une vingtaine de locus génétiques pour les troubles bipolaire et la schizophrénie. La moitié de ces locus sont partagés entre ces deux troubles, indiquant qu’ils partagent quelques causes génétiques, mais pas toutes.»

Le Dr Vassos conclut: «De futures études permettront d’utiliser ces informations pour développer de nouveaux traitements de ces troubles.»

 

Les commentaires sont fermés.